Comment produire les asticots pour les volailles?

Comment produire des asticots

Les volailles ont besoin des aliments riches en énergie, protéines, minéraux et vitamines. La part protéinique de l’alimentation des volailles est généralement fournie  par le   soja ou de palmiste, de farine de poisson, autant d’ingrédients coûteux, car ils sont produits ou accessibles par saison.

Avec la hausse du prix des matières premières pour la composition des aliments et afin d’offrir un bon apport en protéine aux volailles, il sera judicieux pour chaque éleveur de se lancer dans la production d’asticots.

Les asticots sont une puissante source de protéine animale naturelle et très riche pour les volailles, ils représentent donc une alternative bien plus économique qui contient 5 % de protéines de plus que le soja.

Quelques techniques pour l’essayer.

Plusieurs substrats peuvent servir à la production des asticots. On peut y trouver entre autres des épluchures de manioc, d’igname, d’ananas, des restes de plats cuisinés, des viscères et restes d’animaux (poissons, lapins, volailles). Aussi, de nombreuses techniques permettent de produire des asticots.

Dans la suite de l’article, nous allons voir quelques techniques que nous avons testées personnellement, pour produire les asticots

  • Les fientes des cailles

Prélever les fientes sous les cages des cailles, verser les ensuite dans des seaux avant d’y ajouter de l’eau. Quand le mélange est assez homogène, les mouches courent se jeter dessus pour y pondre des centaines d’œufs. 10 jours, vous verrez des centaines de milliers de petits vers blancs dans les pourris et malodorants. Quand les asticots atteignent une dizaine de jours, il faut les récupérer et les donner à manger à vos volailles. D’après mon expérience, j’ai remarqué que mes volailles préfèrent les asticots et je pense que ce sera le cas de vos volailles aussi. Faites l’expérience ! Je vous assure, «Ils préféreront les asticots à ce qu’ils mangeaient avant».

  • Les Viscères de poissons

Asticots pour l'alimentation des volaillesDéposez une quantité de viscères de poissons sur une pate obtenue en mélangeant les crottes de lapins et de l’eau, mettez le tout à l’air libre pendant 4 heures afin que les mouches viennent pondre. En suite placer le composé dans un endroit exempté de mouches. Après 6 jours environs vous verrez les asticots sur le composé. Ramasser puis servir à vos volailles.

 

  • Tourteaux de soja après extraction du fromage

Tourteaux de soja après extraction du fromageRécupérer les déchets du soja, obtenus après extraction du fromage de soja. Verser les ensuite dans un seau. Laisser de tout à l’air libre pendant un temps (30 minute maximum), afin de permettre aux mouches de pondre sur le tourteau. Déplacer ensuite le seau dans un endroit et couvrir légèrement.

Après quelques jours vous verrez les asticots. Laisser le tout pendant 10 jours puis puisez la pâte et servir aux volailles.

  • Les crottes de lapin

crottes de lapinEnfin, on peut produire des asticots avec des crottes de lapin. Récupérer les crottes que vous mettez dans un seau. Ajouter un peu d’eau pour en faire une pâte. Laisser ensuite la pâte à l’air libre qu’on met dans un sac et on place dans un coin humide et chaud.
 Plus c’est sale, mieux c’est. Mais faites gaffe, l’odeur n’est pas des plus agréable.

Voilà dans l’ensemble, les techniques que nous avons personnellement expérimentées pour produire et récolter des asticots pour nos volailles.

NB : Nous l’avons aussi donné aux pondeuses, le résultat est parfait.

Et vous, quelles sont vos astuces pour produire des asticots? Laisser en commentaire ci-dessous.

11 Comments

  1. La photo tout en haut ne montre pas des asticots (larves de mouches), mais des larves de coléoptères, peut-être de hannetons. Les méthodes sont différentes, les larves de coléoptères genre cétoine se développent dans de l’humus.

    Donner des larves de coléoptères est sans danger, mais donner des asticots peut créer de gros problèmes si l’oiseau mange trop vite sans tuer complètement la larve, elles peuvent rester vivantes dans le jabot de l’animal et créer de très gros dégâts, mangeant les chairs, même les chairs saines.

    Il peut aussi y avoir des problèmes de parasites.
    Je préfère donner des larves de farine (ténébrions) et des cétoines, les 2 sont très faciles à élever, très productifs, et ne sont pas carnivores, donc inoffensifs pour les chairs, et ils sont moins pathogènes que les larves de mouche, à moins de les ébouillanter.

  2. Je trouve ce genre de projet très intéressant car avec peu d’investissement et des connaissances minimes, les éleveurs de volailles et les pisciculteurs ont à leur disposition une ressource « inépuisable » et pas chère de protéine. Pisciculteur et éleveur, je vais développer cette activité avec mes amis, au Burkina Faso

  3. C’est génial tout ça. Mais la photo montre les larves de coléoptères (du genre larves de palmier).
    Selon la méthodologie de production d’asticots avec les fientes de caille, il s’agit des mouches domestiques ou à « viande »; c’est bon mais il va falloir une minutieuse sécurité étant donné que ces mouches sont des vecteurs de maladies. Moi je vous propose les mouches soldat noir ou « black soldier fly » que vous même vous allez élever recueillir les œufs et en produire les asticots. Ces mouches ne se posent que sur les matières organiques en décomposition.
    Sinon c’est formidable ce que vous avez fait et les insectes dans l’alimentation des animaux engendre du profit aux éleveurs mais spécialement les asticots, c’est du boom dans aviculture.

  4. Dans la mesure ou l’on mixe les astocot afin d’eviter le probleme d’avalement vivant , est ce que cela est aussi bon ? est ce que le poussin va manger la pate au lieu de preferer la larve vivante ?
    désolé si ma question peut etre absurde mais je me lance dans l’elevage et cherche une solution economique.

  5. Bonsoir, merci pour ces informations fort utiles aussi bien par cette publication clairement détaillée mais aussi par les commentaires tout aussi instructifs.
    Bonne soirée.

  6. j’ai essayé et ça marche. J’ai un petit élevage et j’ai essayé avec les fientes des poules que j’ai mélangé avec un peu d’eau. Au bout de quelques jours j’ai vu beaucoup d’asticot et je donne à mes poules qui les aime bien.je suis burkinabé

  7. Bonjour,
    Je suis en train d’expérimenter chez moi l’élevage d’asticots.
    L’idée je l’ai eu via Gunter Pauli. J’ai décidé de me mettre en action quand j’ai recueilli des oisillons chez moi.
    En une dizaine de jours, je commence à avoir un système productif, mais encore novice.
    Je souhaite partager mon expérience et apprendre des vôtres. Je suis en France.
    Je cultive de la larve de mouche domestique, et dès que je peux trouver de la mouche soldat, je lancerai aussi une culture pour expérimenter.
    J’ai débuté ma culture dans un seau et une petite poubelle de cuisine.
    Je cultive aujourd’hui dans une malle de chantier métallique, avec un système de « récolte » sous forme de rampe qui mène à un récipient en extérieur.
    Je cherche à optimiser pour en tirer toutes les ressources possible.
    Avez vous des expériences pour la récupération de substrats liquide, solide ? Récupération de gaz ?

    Merci pour vos techniques !

  8. bonjour je suis pafaitement d’accord avec vous pour l’alimentation volailles a l’aide des asticots mais mon soucis est de savoir si les asticots ne contiennent pas de toxines pour les poulets de chaire si tel est le cas quelle solution pouvont nous appporter???

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*