Quelques astuces pour réussir son élevage de poulets de chair

De nos jours, de plus en plus de jeunes s’intéressent à l’aviculture et y voient une activité principale, génératrice de revenus. Du choix de la souche à la vente de poulets (vivants, abattus, fumés, …) il est important de connaître certaines astuces qui vont vous aider à réussir dans votre projet. Dans les lignes suivantes, nous allons partager avec vous quelques grands principes utilisés par certains éleveurs pour rentabiliser leurs investissements.

  1. Choix de la souche

En Afrique subsahélien, la plupart des éleveurs de poulets de chairs, utilisent la souche « COBB 550 » pour ses bonnes performances. En plus de sa bonne qualité organoleptique, elle s’adapte très bien à notre environnement climatique. Il est à noter qu’en dehors des COBB, il y a également les souches HUBBARD et ROSS.

  1. Norme des bâtiments (poulaillers)

Pour l’élevage des poulets de chair, il faut noter que le bâtiment (poulailler) doit respecter une norme très importante. Il s’agit de la position du bâtiment par rapport au  sens dominant du vent. Ici on veut tout simplement dire, qu’il faut une bonne ventilation dans le poulailler, ceci aiderait beaucoup vos poulets surtout à l’étape de croissance. Toujours à propos du poulailler, il est conseillé de mettre des coupeaux de bois au sol, puisqu’ils vont réceptionner les fientes de vos poulets.

  1. L’alimentation (la formule alimentaire)

Concernant l’alimentation, il faut toujours administrer un aliment équilibré à vos poulets selon leur âges ou étape d’évolution. Pour se faire, vous avez deux choix:

  • soit vous n’êtes pas connaisseurs ou vous ne voulez pas vous tracassez par rapport à la composition de l’aliment. Pour se faire, vous travaillez avec une provenderie qui ait des formules alimentaires prédéfinies et qui vous livre des sacs d’aliments en fonctions de l’âge ou phase de vos poulets (démarrage, croissance, finition).
  • Soit vous êtes connaisseurs, et vous achetez vos matières premières et vous composez vous-même vos aliments. Ici je vous conseille de savoir réellement ce que vous faites.

NB: Pour un Kw heure d’énergie perdue en termes de chauffage dans l’environnement des poussins, ces derniers consomment 4 fois l’équivalent de cette énergie. Donc moins vous chauffez vos poussins, plus ils vont manger, ce qui augmentera votre coût de production.

Secret:

  • Etape de démarrage: il faut savoir que les poussins ont besoin de plus protéines (21 à 22%) et d’énergie dans leur alimentation et les grains concassé doivent être plus petits (miette).
  • Etape de croissance: en pleine croissance il est conseillé de diminuer le taux en protéine (19 à 20%) dans la composition. Aussi les grains concassés doivent être un peu plus gros (granulé).
  • Etape finition: à la finition le taux de protéine peut varier entre 17 et 18%. De plus les grains concassés doivent être gros (granulé).
    A tout cela s’ajoute le calcium, les minéraux et par-dessus tout, l’eau potable dans les abreuvoirs de vos poulets.
  1. La prophylaxie

La bonne santé des poulets est un facteur important de la réussite de votre élevage. A cet effet, un bon suivi réduit de façon drastique la mortalité des poulets.
La prophylaxie est donc l’ensemble des mesures qui permettent de mettre les poulets à l’abri des maladies. Elles sont de 2 ordres:

  • la prophylaxie sanitaire qui est l’ensemble des mesures de propreté: le nettoyage (poulailler, abreuvoirs, …) et la désinfection;
  • la prophylaxie médicale qui repose sur la vaccination et les traitements préventifs.
    La prophylaxie est menée sur la base d’un programme bien établi.

NB: La vaccination ne peut être réussie qui si les règles de conservation et d’administration des vaccins sont respectées.

  1. L’Âge d’abattage

Pour les poulets élevés dans les bonnes conditions (alimentations complètes et équilibrées, eaux potables dans les abreuvoirs, prophylaxie respectée, …), le constat fait est qu’ils atteignent facilement leurs poids moyens de 3kg en 45 jours, où ils sont prêts pour l’abattage.
Au-delà de cet âge, l’éleveur enregistre des pertes c’est à dire une baisse de son bénéfice.

  1. La présentation du produit pour la vente

Pour mieux vendre de nos jours, il faut travailler sur la présentation des produits à écouler. Soigner vos produits, travaillez sur la présentation des emballages qui vont contenir les produits. Je veux simplement vous dire: « Que vos produits soient attrayants ».

Chers éleveurs, en mettant en pratiques ces quelques principes, vous allez rentabiliser votre investissement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*